La Guerre des Boutons et des Jarretelles

SYNOPSIS

 

 

A partir de l’œuvre de Louis Pergaud, Clair Arthur, le metteur en scène du spectacle, nous livre là une adaptation tout à fait personnelle de « La guerre des Boutons ».

 

Dans le récit initial, ce sont surtout les garçons qui y sont mis en valeur, à savoir les bandes rivales de deux villages, les Longeverne et les Velrant, qui depuis des générations s’affrontent. Dans cette version théâtralisée, les filles non seulement entrent dans la danse, mais tous les rôles théoriquement enfantins seront joués par des adultes, créant une dramaturgie particulièrement hilarante…

 

 

 

Dans « La guerre des boutons et des jarretelles », ce sont les habitants des deux villages en totalité qui se détestent, sauf bien sûr une ou deux exceptions… Car parfois les sentiments surtout amoureux ne connaissent pas les frontières encore moins les haines ancestrales.

 

Pendant plus d’une heure et demie, nous allons suivre les frasques bien sympathiques et bien méchantes des deux communautés au travers d’une galerie de portraits des plus savoureuses, du grand Lebrac bien sûr et de l’Aztec, au boxeur Scarelli, à Femme Mérite et Mère Courage (clin d’œil au théâtre de Brecht), en passant par le docteur Lebigre (clin d’œil à Jules romain et son docteur Knock) jusqu’à Okan cet étranger débarqué au pays…