REVUE DE PRESSE 2022

 

 

Article paru dans le Journal Vosges Matin (Groupe Est Républicain) 

Edition du 3/08/22 - Par Yannick ANTOINE

 


Article paru dans le Journal Vosges Matin (Groupe Est Républicain) 

Edition du 2/08/22 - Par Yannick ANTOINE

 

Ce lundi, a eu lieu la générale. La dernière répétition avant la plongée dans le grand bain. Mais à partir de ce mardi et jusqu’à dimanche, les jardins du presbytère de Monthureux-sur-Saône vont servir de cadre aux représentations de « Papy fait de la résistance ». La pièce de théâtre écrite par Martin Lamotte et Christian Clavier est en effet le choix de l’année de la compagnie L’Odyssée pour son grand spectacle humoristique. Ce son et lumière va mobiliser 80 comédiens et débutera tous les jours à 21 h 30. Yannick ANTOINE


 Article paru dans le Journal Vosges Matin (Groupe Est Républicain) 

Edition du 2/07/22 - Par Maya Diab

 


Article paru dans le Journal Vosges Matin (Groupe Est Républicain) 

Edition du 22/05/22 - Par Yannick Antoine

 


Article paru dans le Journal Vosges Matin (Groupe Est Républicain) 

Edition du 03/02/22 - Par Maya Diab

 

 

le grand spectacle de l’Odyssée fera son retour cet été 2022 !

Les jardins du presbytère de Monthureux-sur-Saône vont de nouveau accueillir le spectacle estival de l’Odyssée cette année. Prévue depuis déjà deux ans, c’est une adaptation de Papy Fait de la Résistance qui sera présentée au public.

Après deux années sans spectacle , crise sanitaire oblige, les membres de la compagnie l’Odyssée vont bientôt pouvoir de nouveau monter sur scène. « Tout ce lien social, cette activité forte manque énormément », constate Anne Soyer, la présidente de l’association. « L’année dernière, quand le pass sanitaire est apparu, on n’avait pas trop d’informations, c’était trop incertain. Maintenant c’est ancré dans les habitudes. » Le pass sera donc nécessaire pour les spectateurs mais aussi pour les membres de la troupe.

Une première réunion vient d’avoir lieu avec les professionnels qui travaillent sur le projet. Les répétitions, elles, débuteront comme à l’accoutumée, au mois de mai. Le texte aura été plusieurs fois retravaillé au cours de ces deux dernières années mais c’est bien Papy fait de la résistance qui sera au programme, comme prévu. « Les décors étaient très avancés. On va travailler avec Méril Goujon (Bow Festival) pour les terminer et les installer. » Sur scène, il y aura quelques changements au niveau des comédiens prévus depuis deux ans. « Certains ne sont plus disponibles, d’autres n’ont pas le pass… » La participation annuelle des membres de l’Episome est quant à elle en sursis. « Ils sont présents sur scène depuis au moins quinze ans, j’espère que ce sera possible. » C’est un point auquel la présidente est très attachée. « On ne met personne de côté. Tout le monde peut apporter sa pierre à l’édifice. » De même, les mineurs non accompagnés participent habituellement au montage des gradins, l’un d’entre eux avait également joué dans l’Auberge Rouge en 2019. « Là encore, on n’a pas encore les réponses mais c’est notre volonté. On a une dynamique d’inclusion pour tout le monde ».

En attendant, l’association travaille ses dossiers de subvention et se prépare à participer au carnaval de Vittel s’il a bien lieu. Aux vacances d’avril, un stage de théâtre sera proposé aux enfants. La première lecture de la pièce aura lieu le 13 mai.

Chaque soir, 800 personnes pourront assister aux représentations du 2 au 7 août. « Il y a aussi celle du dimanche après-midi. » Un moment important pour Anne Soyer. « Cela permet aux Ehpad et autres structures médico-sociales de venir. » La compagnie cherche toujours de nouveaux membres : acteurs, figurants, bénévoles même pour une seule soirée… « On est toujours ouverts à ce que de nouvelles personnes nous rejoignent, de tous âges, de toutes capacités. ».


Article paru dans le Journal Vosges Matin (Groupe Est Républicain) 

Edition du 16/01/21

La Compagnie l’Odyssée a recruté récemment Anaïs Jeannet en contrat de professionnalisation de 18 mois. Anaïs prépare en alternance un DEJEPS (Diplôme d’État de la jeunesse, de l’éducation populaire et des sports) option développement de projet territoire et réseaux.

Anaïs Jeannet, confie : « Après des études en communication, en conception de projets culturels, j’ai travaillé deux ans dans une association sur Épinal. Puis, je suis partie cinq ans en Savoie où j’ai été auxiliaire de vie scolaire. J’ai ensuite repris des études pour préparer un diplôme d’éducatrice spécialisée. De retour dans la région, j’ai travaillé quatre ans chez Adali Habitat comme éducatrice. Et j’ai eu envie de changer et d’évoluer dans mon parcours professionnel pour m’orienter vers le développement de projets culturels. »

Le CFR (Centre de formation rurale) de Gugnécourt a transmis à Anaïs l’offre de la Compagnie l’Odyssée. L’association était à la recherche d’une personne en alternance pour relancer leurs projets culturels ainsi que le spectacle. Seule salariée de l’Odyssée, ses diverses missions au sein de cette compagnie seront la gestion administrative, commerciale, comptable et financière, le suivi du projet spectacle de l’été prochain (Papy fait de la résistance du 2 au 7 août 2022) et des divers évènements organisés par l’association (stage théâtre au printemps, foire au boudin, marché de Noël…) ainsi que la relation avec les spectateurs et les bénévoles.

Une enquête

Anaïs Jeannet réalise une enquête sur les pratiques culturelles et l’engagement des bénévoles sur le territoire de la communauté de communes. Cette enquête permettra de développer l’offre culturelle au plus proche des attentes des habitants du territoire. Le questionnaire est disponible à la maison des services de Monthureux-sur-Saône, au 61 rue du Pervis, où vous pourrez également rencontrer Anaïs, à la mairie ou sur internet.


Article paru dans le Journal Vosges Matin (Groupe Est Républicain) 

Edition du 18/01/21

 

Le Bow Festival s’installe dans l’ancienne usine Gantois

à Monthureux-sur-Saône

Le Bow Festival, association créée par Méril Goujon, un habitant de Bleurville vient de s’installer dans une partie des locaux de l’ancienne usine Gantois. Le jeune homme va y installer une recyclerie-ressourcerie et a de nombreux projets en tête.

Quel avenir pour le bâtiment industriel du Mont-de-Savillon, à Monthureux-sur-Saône ? Quel habitant du territoire ne s’est jamais posé la question ? Depuis le départ de l’usine Gantois, il y a une vingtaine d’années, il faut dire que des projets, il y en a eu. Mais rien n’a tenu. Actuellement, l’association de réinsertion Acti’Sov y est installée, mais elle devrait déménager lorsque le rapprochement avec Minos sera effectué.

Le reste du bâtiment, lui, sert de stockage. Décors, accessoires et costumes de la compagnie L’Odyssée , décorations de Noël de certaines communes, machines agricoles… Un joyeux bazar dans lequel le nouveau locataire, Méril Goujon, a décidé de mettre un peu d’ordre. Cela fait un mois que son association Bow Festival loue 650 m² au rez-de-chaussée. La communauté de communes des Vosges côté Sud-Ouest, à qui appartient la bâtisse, lui a proposé un loyer symbolique. « C’est un contrat de six mois dans un premier temps. Qu’il nous montre ce qu’il peut faire », explique Alain Roussel, le président.

Un lieu culturel pour tous

En tout cas, Méril Goujon, président de l’association Bow Festival ne manque pas d’idées. Pour l’instant, il range bénévolement le matériel entreposé sur place. « Ici, il y a 20 ans de spectacles de L’Odyssée. Ce n’est pas classé, ni répertorié », détaille Alain Roussel. Méril Goujon a déjà mesuré, pris en photo et rangé 130 décors. Mais par la suite, il souhaite surtout mettre en place une recyclerie-ressourcerie culturelle afin de récupérer des décors pour les entretenir et les revendre ou les louer. « Il y en a partout en France sauf dans le Nord-Est, il y en a une en train de se faire à Strasbourg mais ils n’ont pas de locaux, on pourra travailler avec eux », détaille-t-il. Mais ce n’est pas tout. Ambitieux, le président de l’association déborde d’idées. Pour faire de l’ex-usine un lieu culturel, il aimerait permettre à des artistes d’y séjourner en résidence. « Il y a aussi la possibilité de créer un studio photo ou de cinéma, à la demande. »

Le site possède également un grand espace à l’extérieur, en bord de Saône. « L’intérieur n’est pas aux normes pour accueillir du public mais dehors, il y a une partie abritée. On pourrait y organiser des spectacles. Pourquoi pas un théâtre 100 % écolo qui serait alimenté en électricité grâce au courant de la Saône. »

En kayak jusque Lyon

Pour l’aider dans ses projets, la communauté de communes a embauché une stagiaire qui étudie l’aménagement des friches. « Elle aidera à chercher des financements », détaille Alain Roussel. « On va aussi s’allier à l’association Les Insupportables pour aider à l’organisation. Ce qui serait bien, c’est d’en faire un tiers lieu pour les assos du coin… »

En attendant, pour faire connaître son projet, il s’est lancé un défi. Descendre la Saône en kayak jusque Lyon !

Ne reste plus qu’à voir si ces différents projets verront le jour. Dans tous les cas, c’est un soulagement pour les élus. « Il fallait qu’on trouve quelqu’un qui avait un besoin. On ne savait pas trop quoi en faire de ce bâtiment », concède François Thiéry , vice-président aux équipements communautaires.


 

REVUE DE PRESSE 2021

 

Article paru dans le Journal Vosges Matin (Groupe Est Républicain) Edition du 25/01/21


 

REVUE DE PRESSE 2020

 



Stage théâtre pour les enfants - février 2020


 

REVUE DE PRESSE 2019

-


SPECTACLE  2019





Emission "Qu'on se le dise" sur Via Vosges (ex Vosges Télévision)

Extrait à visionner à partir de 13 minutes